vendredi 13 décembre 2013

- Cinéma Beaune : Gabrielle ou l’histoire d’un amour qui fait débat


Plus de 150 personnes ont assisté à la présentation du film Gabrielle et participé au débat sur le
thème “vie affective et sexuelle chez les adultes en situation de handicap”.

Lundi, à Cap Cinéma, lors du débat organisé par Ciné-Clap, les intervenants, Jacques Berthet, directeur général de l’association les Papillons blancs, Serge Terrand, président de l’association Personimages, Jean-Pierre Pinard, ancien chef du service pédiatrique de l’hôpital de Beaune, Claire Poulet, sage-femme, et Véronique Derain, conseillère conjugale au centre de planification et d’éducation familiale, ont animé un débat interactif. Jacques Berthet est parti du film Gabrielle, fiction canadienne, pur faire un état des lieux de la situation en France, et pointer les nombreuses questions que le film pose. Un projet de vie est ainsi « écrit » avec chaque adulte en situation de handicap avec ses parents et l’équipe éducatrice.
Des parents ont exprimé leur difficulté face au nombre important d’intervenants.
Aux questions sur la sexualité, sur le désir d’enfant, sur la parentalité, sur l’adéquation entre les besoins de l’enfant et les capacités des parents, Claire Poulet, Véronique Derain et Jean-Pierre Pinard ont insisté sur l’importance du droit à la parole, de l’information, du dialogue, et du devoir de protection et, pour conclure : « Nous devons donner la possibilité et les occasions à ces adultes de s’exprimer et, ensemble, faire le chemin ».

source : journal "Le Bien Public" édition Beaune , 13/12/2013

lundi 2 décembre 2013

- Mercurey : Quand l’art culinaire gomme le handicap. Un trophée culinaire humain



Les participants au trophée culinaire s’affairent avec méthode et rigueur à la préparation des plats.  Photo E. M. (CLP)


 
C’est à un beau projet humain, initié par le service activité de jour des Papillons blancs de Savigny-lès-Beaune, qu’a favorablement répondu le Cifa Jean-Lameloise.

Ce projet humain a un but : mettre en œuvre un trophée culinaire interdépartemental destiné aux établissements accueillant des personnes en situation de handicap. Réunies en binôme, huit personnes issues de quatre établissements (Savigny-lès-Beaune, Nuits-Saint-Georges, Gevrey-Chambertin et Seurre), encadrées par des référents et sous les yeux d’un jury de professionnels, avaient à charge d’élaborer, à l’aide d’un panier d’ingrédients définis, une entrée et un dessert en moins de 2 h 30.
Là, dans les cuisines du centre interprofessionnel de formations d’apprentis, pas de handicap visible. Quatre équipes de cuisiniers s’affairent aux fourneaux sous la conduite de Cécile Charbonnier, comme lors de tout concours d’apprentis largement déclinés en ces lieux depuis des années. Et comme pour les apprentis, le regard du jury se porte avant tout sur la qualité des réalisations, la technique, l’autonomie, l’aptitude à respecter les règles, l’hygiène et, bien entendu, sur la qualité gustative des plats plutôt que sur une quelconque compassion face au handicap.

Une longue préparation
Le classement est alors anecdotique, l’important étant de voir l’investissement de chacun, le calme, l’attention et la détermination de ces personnes qui se préparent depuis de longs mois pour cette échéance, une première mais qui demande à être pérennisée.
De nombreux partenaires ont soutenu ce projet et offrent aux lauréats des invitations pour dîner à Paris sur un bateau-mouche® , de dîner au bowling de Marsannay-la-Côte, de participer à un cocktail VIP avec l’Elan Chalon suivi d’un repas avec les joueurs, de gagner planchas, livres, tabliers…
 Une initiative qui rappelle à chacun que l’être est multiple et que chacun peut apporter à l’autre un soupçon d’humanité.
Composé de cinq personnes (Jacques Berthet, directeur général des Papillons Blancs de Beaune, Valery Meulien, chef étoilé de Tournus, Richard Raviot et Éric Bourriez, chefs de cuisine Sogeres et Cécile Charbonnier, responsable cuisine au Cifa, le jury a donné son verdict en fin d’après-midi. 

1er : SAJ Savigny-lès-Beaune. 
2e : SAJ Val de Saône à Seurre. 
3e : Agef de Nuits-Saint-Georges. 
4e : Acodège Chantournelle de Gevrey-Chambertin

source : Journal "Le JSL" 29/11/2013
 

- Beaune : premier trophée culinaire pour personnes en situation de handicap

Les membres du jury ont été séduits en dégustant les différents plats. Photo SDR

Avec un croustillade du jardin en rouge et vert et une trilogie gourmande de noix de cajou, Évelyne Danner et Apolline Gomez, du service d’accueil de jour (SAJ) de Savigny-lès-Beaune, ont séduit le jury en s’octroyant le titre du ­premier trophée ­culinaire pour personnes en ­situation de handicap qui se tenait récemment à ­Mercurey (Saône-et-Loire).

Ce jury, essentiellement composé de professionnels de la cuisine, a relevé le bon niveau général des binômes en compétition et a apprécié le travail réalisé en un temps limité (2 h 30) dans des conditions qui pouvaient paraître déstabilisantes pour les personnes participantes.

Une suite sera donnée à ce concours avec, notamment, l’édition d’un livre de toutes les recettes élaborées lors de ce trophée. Les gagnantes du SAJ de Savigny verront leurs plats intégrés dans un menu servi à l’Esat de Beaune.

Le palmarès : 1. SAJ Savigny-lès-Beaune ; 2. SAJ de Seurre ; 3. Agef de ­Nuits-Saint-Georges ; 4. Chantournelle de ­Gevrey-Chambertin.

Les membres du jury : ­Valéry Meulien, chef étoilé à Tournus ; Richard Raviot, chef de cuisine Esat à Sogeres ; Cécile Charbonnier, professeur de cuisine au ­Cifa de Mercurey ; Éric Bourriez, cuisinier malentendant ; et Jacques ­Berthet, directeur général des Papillons blancs.


source : Journal "Le Bien Public", édition Beaune lundi 2/12/2012

dimanche 1 décembre 2013

- Projection du film "Tombez en amour pour Gabrielle"

Cap Cinéma Beaune, lundi 9 décembre 2013 à 19h45, projection suivie d'un débat autour du film avec les intervenants : Jacques Berthet (Directeur Général de l'association Les Papillons Blancs de Beaune et sa région), Serge Terrand (Président de l'association Personimages Bourgogne), Mmes Derain et Poulet (Planning familiale), et le Dr Jean-Pierre Pinard (médecin pédiatre).

mercredi 27 novembre 2013

- Beaune : le langage pour réunir les jeunes

Une expérience très riche en terme d’intégration. Photo Mady Vernay

Une représentation théâtrale, dont le leitmotiv était le langage, s’est déroulée à l’espace Jeunes, promenade des Buttes.
La pièce était interprétée par sept jeunes, scolarisés à Beaune et à Dijon, provenant d’univers complètement différents. Sept autres personnes en situation de handicap, encadrés par l’association des Papillons blancs, sont venues s’ajouter à ce projet.
Grâce aux compétences de Gérard Charlin, professeur de théâtre à la Comédie des remparts, dirigée par Marc Ory, animateur socioculturel, et Emmanuel Meyer, éducateur spécialisé, l’intrigue de la pièce se passait dans un hôpital psychiatrique où des tests sur le langage avaient toute leur importance. L’expérience a été très enrichissante, pour tous les jeunes comédiens, qu’ils soient en situation de handicap ou non, réunis par ce spectacle. Ils ont participé à la mesure de leurs possibilités et ont joué devant un public venant d’horizons méconnus pour eux : centres sociaux, jeunes de la Comédie des remparts et des internats des établissements scolaires beaunois, etc.

source : journal "Le Bien Public", édition Beaune, 22/11/2013

mercredi 13 novembre 2013

- un film de l'ESAT de Beaune primé au festival Regards croisés

Une mention spéciale de la catégorie « Milieu protégé » a été attribuée au film « Ainsi va la vigne » de l’ESAT de Beaune, au festival Regards croisés de Nïmes.

Trente-cinq films ont été présentés cette année dans quatre catégories différentes (milieu protégé, milieu ordinaire, autres regards et communication d’entreprise). Réalisés par des Esat ou des entreprises, ces court-métrages ont pour objet de représenter le handicap au travail.
 l’ESAT de Beaune remporte la mention spéciale de la catégorie «Milieu Protégé» pour son film «Ainsi va la vigne». A l’unanimité, le jury présidé cette année par Marie Anne Chazel, s’est enthousiasmé du travail effectué, de la qualité des scénarios et de la réalisation des films. « Certains auraient même mérité un prix pour la technique » s’est exclamé Sam Karmann administrateur de l’association Hippocampe, organisatrice du festival. Tous ont reconnu l’immense émotion ressentie devant tant de talent et s’accordent à dire que le festival peut aujourd’hui s’enorgueillir d’être un festival qui compte. Loin d’être larmoyant, souvent drôles, les films dégagent une formidable envie de changer les regards sur le handicap dans le milieu du travail.

Source : Journal "Le Bien Public" édition Beaune 14 octobre 2013

mardi 12 novembre 2013

- Les Papillons Blancs Beaune : deux femmes participent au concours.


Évelyne Danner et Apolline Gomez se préparent à la finale. Photo Bruno Cortot

Évelyne Danner et Apolline Gomez participeront, le 25 novembre, à un trophée culinaire pour les personnes en situation de handicap.

Le service activité de jour des Papillons blancs de Savigny-lès-Beaune, est à l’origine d’un très beau projet qui a vu le jour et se concrétisera le 25 novembre au centre interprofessionnel de formations d’apprentis (Cifa) Jean-Lameloise à Mercurey (71). Il s’agit d’un trophée culinaire interdépartemental destiné aux établissements accueillant des personnes en situation de handicap.
Les concurrents, en binôme choisi par chaque établissement et encadré par un référent, devront élaborer une entrée et un dessert dans un temps limité de deux heures et demie avec un panier d’ingrédients définis. À l’issue de l’épreuve, un jury de professionnels évaluera le résultat de chaque binôme et établira un classement. Plusieurs critères seront retenus : technique, hygiène, autonomie, aptitude à respecter les règles et, bien évidemment, résultat gustatif.
Pour les organisateurs, il s’agit, au-delà des deux personnes retenues pour ¬concourir, d’impliquer le plus possible de personnes de l’établissement. Cela va des personnes pratiquantes dans les ateliers d’artisanat à celles s’initiant à l’informatique, en passant par des personnes qui prépareront la salle, les menus, la décoration, etc.
Quatre établissements ont répondu favorablement à l’appel de ce concours : Agef de Nuits-Saint-Georges, le service activités de jour du Val de Saône à Seurre, l’Acodege de Gevrey-Chambertin et le service activités de jour de Savigny-lès-Beaune. Évelyne Danner et Apolline Gomez, encadrées par Rachel Griffand, porteront les couleurs des Papillons blancs beaunois.
De nombreux partenaires soutiennent ce projet solidaire et apportent de belles récompenses aux participants. Ainsi, le premier binôme se verra offrir un dîner sur un bateau-mouche à Paris plus un repas au bowling de Marsannay-la-Côte ; les 2e et 3e , un dîner cocktail en VIP avec l’Élan Chalon et un repas avec les joueurs, le 4e , des planchas. Tous les participants recevront des livres de cuisine et des tabliers.
En attendant l’ultime épreuve du 25 novembre, les ¬concurrentes s’entraînent très sérieusement dans leur structure pour être au top le jour J.

source : journal "Le Bien Public", édition Beaune, 11 novembre 2013

mercredi 30 octobre 2013

- Côte-d'Or - Viticulture Vente des vins des Hospices de Beaune : un retard « exceptionnel »

Depuis 2005, Christie’s organise la vente aux enchères des Hospices de Beaune. Photo L.P.


Le vin est encore dans les cuves et pourtant dans trois semaines, la Vente des vins des Hospices de Beaune aura lieu.

Pas un effluve d’alcool. Ni l’air humide et frais des caves bourguignonnes. Pourtant, hier, chez Christie’s, la société de vente aux enchères, à Paris, les vins beaunois étaient à l’honneur d’un point presse. Car, c’est le 17 novembre que se tiendra la 153e édition de la Vente des vins des Hospices de Beaune, présidée par son altesse royale Clotilde Courau, princesse de Savoie. Une journée prestigieuse qui donnera la tendance des prix des bourgognes du millésime. « La plus grande vente de charité de vins au monde », vante Guillaume Guédé, directeur commercial de Christie’s France, qui assure l’organisation. C’est sur ce point qu’insiste fortement Alain Suguenot, député-maire de Beaune. « C’est un événement viticole important, mais nous tenons à cet aspect charitable. »

Charité
Cette année, une partie des fonds de la vente aux enchères sera reversée à Petits princes et Papillons blancs. Présentes hier, les associations ont présenté leurs projets. Avec émotion et fierté. « Nous donnons aux enfants malades la possibilité de réaliser leurs rêves. Cela leur permet de sortir de l’hôpital et de se trouver une identité », glisse Dominique Bayle, la fondatrice des Petits princes, une association nationale. Quand aux Papillons blancs, entité beaunoise, créée en 1958, elle mise sur l’événement pour offrir à une dizaine d’autistes et à 37 jeunes handicapés, une nouvelle structure d’accueil. Alain Jacquet, directeur des Hospices, attend, lui aussi, cette vente avec « impatience et intérêt ». En janvier, l’extension et la modernisation de l’hôpital de court séjour de son établissement devraient commencer, notamment grâce au produit de la vente. Que tous soient rassurés, le vin devrait être bon et les acheteurs conquis.
Et les prix ? En 2012, les Hospices proposaient 518 pièces aux enchères, pour un prix moyen de 10 073 €. Une pièce contient 228 litres, soit 288 bouteilles de 75 centilitres. Roland Masse, le régisseur des 70 hectares du domaine viticole des Hospices de Beaune, est confiant. Certes, les vendanges ont été tardives, les 22 vignerons ont achevé leur labeur le 9 octobre dernier. Oui, le climat fut capricieux, un printemps automnal et ce triste 23 juillet qui a grêlé et endommagé près de la moitié du domaine. Alors, « il est difficile de donner une définition précise de ce millésime, surtout qu’une partie est encore dans les cuves, mais lors de la récolte, les fruits étaient à un bon niveau de maturité », rassure-t-il. Et d’ajouter, « le matériel de tri et de mise en cuve a été changé, c’est une bonne chose, car cette année, le travail de tri a été important ». En effet, les quantités proposées à la vente sont moindres. En moyenne, le domaine a produit 20 hl/hectare.
Le 17 novembre, ce sont donc 443 pièces qui seront vendues, dont 333 de vin rouge. La pièce du président, celle dont l’argent de la vente reviendra à l’association Papillons blancs, parrainée par Clotilde Courau, contiendra, elle, 456 litres de meursault Genevrières premier cru – Cuvée Philippe Le Bon. Et d’après Roland Masse, il y en aura pour tous les goûts. « Certaines très belles cuvées auront un potentiel de vieillissement. D’autres, plus classiques, seront meilleures fraîches. »




source : Journal "Le Bien Public" édition Beaune le 30.10.2013

- Côte-d'Or - événement Beaune : 443 pièces pour la vente des vins

Photo L. P.
La conférence de presse pour la 153ème vente des vins des Hospice de Beaune s'est tenue ce matin, à Christie's à Paris. Le directeur des Hospices, Antoine Jacquet, a souligné qu'il attendait l'événement avec "impatience et intérêt". Les fonds participeront à la modernisation et à l'extension de l'hôpital de court séjour, à hauteur de 42 millions d'euros.

443 pièces seront vendues aux enchères, le 17 novembre prochain, sous la grande halle de Beaune. Et Roland Masse, le régisseur du domaine, se veut "optimiste". Malgré les vendanges tardives et l'orage de grêle du mois de juillet, "le millésime 2013 nous réserve de belles surprises", promet-il.
Suite à cette conférence de presse Christie's a fait passer un communiqué de presse concernant cette prochaine vente des vins et du millésime 2013 dont voici quelques extraits : "L’année 2013 vue par Roland Masse, Régisseur du Domaine Viticole des Hospices de Beaune 2013 : Un millésime rare et précieux.
Le pinot noir de Bourgogne est devenu en 2013 un vin rare. La météo automnale du printemps et un épisode de grêle en juillet ont décimé beaucoup de vignobles en côte de Beaune. Sortis indemnes de cette tourmente la Côte de Nuits et la colline de Corton vont nous offrir ces rubis d’élégance que sont les grands crus rouges même dans les années difficiles. La récolte tardive de début octobre nous réserve des vins rouges toniques et tanniques. En 2013, le niveau qualitatif général est moins régulier que les années précédentes compte tenu d'une météo très variable d'un terroir à l'autre. Pour les vins blancs, moins affectés par les caprices de la météo, le niveau qualitatif est lié aux rendements souvent faibles (30hl/ha). La constante du millésime est une grande fraicheur gustative associée à un bon niveau de maturité des chardonnays. 2013 rare par la quantité, précieux grâce à quelques pépites.
Les vins de Bourgogne 2013 vus par Anthony Hanson, Master of Wine, Senior Consultant de Christie’s
Un millésime 2013 prometteur aussi bien en rouge qu’en blanc La saison de croissance de la vigne a été le théâtre de quelques épisodes délicats cette année, mais les vignerons du Domaine des Hospices de Beaune, tout comme les équipes en cuverie, ont superbement relevé le défi. Avril et mai ont été des mois humides, le déficit d’ensoleillement associé ayant repoussé la floraison à la fin du mois de juin. De grands soins ont été pris pour empêcher le développement du mildiou. Un superbe soleil est revenu en juillet, entraînant des températures et heures d’ensoleillement supérieures aux récentes moyennes. La pluie s’est concentrée autour de quatre épisodes orageux. L’un d’entre eux, le 23 juillet, a entraîné une dommageable averse de grêle qui a affecté particulièrement les vignes de Beaune et Pommard ainsi que les villages voisins au nord et au sud. Le cycle végétatif de la vigne a repris son cours normal en juillet. En août et septembre, les niveaux d’ensoleillement sont restés dans la moyenne, des pluies occasionnelles bénéfiques ayant permis de favoriser la lente maturation des grappes. (...)
Les présidents et les associations carritatives bénéficiaires de la vente des vins des hospices de Beaune 2013.
Depuis 1945, les Hospices de Beaune soutiennent chaque année une ou plusieurs oeuvres caritatives en leur versant les profits d’une pièce de vin mise en vente explicitement à cette fin, la Pièce du Président. Pour la 153ème Vente, la Pièce du Président sera un tonneau de 456 litres de Meursault- Genevrières Premier Cru – Cuvée Philippe Le Bon. Cette 153ème vente des vins des Hospices de Beaune se déroulera sous la Présidence de Madame Clotilde Courau, Princesse de Savoie, fidèle soutien de l’Association Petits Princes, qui a souhaité présider cet évènement qui donnera vie à de nombreux rêves d’enfants gravement malades. Et de Laurent Gerra, Co-Président pour représenter l’Association Les Papillons Blancs. (...)

Les 43 cuvées des hospices de Beaune
La récolte 2013 permettra aux Hospices de proposer à la vente cette année 110 pièces de vin blanc et 333 pièces de vin rouge. Ces 443 pièces sont réparties en 43 Cuvées – 30 de vin rouge et 13 de vin blanc, soigneusement élaborées par les Hospices. Ces Cuvées sont le résultat d’un assemblage harmonieux de différents climats, ce qui contribue à créer l’originalité des vins du domaine viticole des Hospices. Chaque Cuvée porte le nom d’un bienfaiteur des Hospices ou du donateur historique de la vigne.

30 cuvées de vin rouge :
AUXEY-DURESSES PREMIER CRU LES DURESSES – Cuvée Boillot
BEAUNE PREMIER CRU – Cuvée Nicolas Rolin
BEAUNE PREMIER CRU – Cuvée Guigone de Salins
BEAUNE PREMIER CRU – Cuvée Rousseau-Deslandes
BEAUNE PREMIER CRU – Cuvée des Dames Hospitalières
BEAUNE PREMIER CRU – Cuvée Brunet
BEAUNE PREMIER CRU – Cuvée Maurice Drouhin
BEAUNE PREMIER CRU – Cuvée Clos des Avaux
BEAUNE –GREVES – Cuvée Pierre Floquet
CLOS DE LA ROCHE GRAND CRU – Cuvée Georges Kritter
CLOS DE LA ROCHE GRAND CRU – Cuvée Cyrot-Chaudron
CORTON GRAND CRU – Cuvée Charlotte Dumay
CORTON GRAND CRU – Cuvée Docteur Peste
CORTON CLOS DU ROI GRAND CRU – Cuvée Baronne Du Baÿ
ECHEZEAUX GRAND CRU – Cuvée Jean-Luc Bissey
MAZIS-CHAMBERTIN GRAND CRU – Cuvée Madeleine Collignon
MONTHELIE PREMIER CRU LES DURESSES – Cuvée Lebelin
PERNAND-VERGELESSES PREMIER CRU – Cuvée Rameau-Lamarosse
POMMARD PREMIER CRU – Cuvée Dames de la Charité
POMMARD – Cuvée Raymond Cyrot
POMMARD – Cuvée Suzanne Chaudron
POMMARD-EPENOTS PREMIER CRU – Cuvée Dom Goblet
SANTENAY – Cuvée Christine Friedberg
SAVIGNY-LES-BEAUNE PREMIER CRU – Cuvée Arthur Girard
SAVIGNY-LES-BEAUNE PREMIER CRU – Cuvée Forneret
SAVIGNY-LES-BEAUNE PREMIER CRU – Cuvée Fouquerand
VOLNAY PREMIER CRU – Cuvée Blondeau
VOLNAY PREMIER CRU – Cuvée Général Muteau
VOLNAY-SANTENOTS PREMIER CRU – Cuvée Jéhan de Massol
VOLNAY-SANTENOTS PREMIER CRU – Cuvée Gauvain
13 cuvées de vin blanc :
BATARD-MONTRACHET GRAND CRU – Cuvée Dames de Flandres
CORTON –CHARLEMAGNE GRAND CRU – Cuvée François de Salins
CORTON –CHARLEMAGNE GRAND CRU – Cuvée du Roi Soleil
CORTON –VERGENNES GRAND CRU – Cuvée Paul Chanson
MEURSAULT-PORUSOTS PREMIER CRU – Cuvée Jéhan Humblot
MEURSAULT – Cuvée Loppin
MEURSAULT – Cuvée Goureau
MEURSAULT –CHARMES PREMIER CRU – Cuvée de Bahèzre de Lanlay
MEURSAULT –CHARMES PREMIER CRU –Cuvée Albert Grivault
MEURSAULT –GENEVRIERES PREMIER CRU – Cuvée Baudot
MEURSAULT –GENEVRIERES PREMIER CRU – Cuvée Philippe Le Bon
POUILLY-FUISSE – Cuvée Françoise Poisard
SAINT ROMAIN – Cuvée Joseph Menault"


source : Journal "Le Bien Public" édition Beaune le 29.10.2013


- Côte-d'Or - Ventes des vins Beaune : Clotilde Courau et Laurent Gerra présidents

L’actrice Clotilde Courau, princesse de Savoie présidera la Vente des vins de Beaune aux côtés de l’humoriste Laurent Gerra. Photo LBP et SDR

Les 16 et 17 novembre prochains, la Vente des vins des Hospices de Beaune sera présidée par Clodilde Courau et Laurent Gerra.
Ainsi que nous l’annoncions, Clotilde Courau sera bien présidente de la Vente des vins des Hospices de Beaune, les 16 et 17 novembre. Elle partagera cette présidence avec l’humoriste, Laurent Gerra.
Ces deux personnalités parraineront deux associations (Petits princes et Papillons blancs) qui recevront le bénéfice de la vente de la pièce des présidents, une pièce de 456 litres de meursault Genevrières 1er cru.

Première princesse depuis 25 ans.
Cela faisait vingt-cinq ans que la Vente des vins des Hospices de Beaune n’avait pas été présidée par une princesse. Son Altesse Royale, Clotilde Courau, princesse de Savoie, de Piémont et de Venise sera l’atout charme de cette vente.
Il faut remonter à 1988 pour voir une princesse, présider la Vente des vins. Il s’agissait alors de Son Altesse Impériale, la princesse Alix Napoléon.
Après Carla Bruni Sarkozy, l’an dernier, la Vente des vins renoue finalement avec l’origine lointaine du rôle des femmes, dans le destin de l’Hôtel-Dieu et du domaine des Hospices de Beaune. On pense bien sûr au rôle central, joué par Guigone de Salins, l’épouse du chancelier, Nicolas Rolin, fondateur de l’Hôtel-Dieu de Beaune en 1443.
L’actrice, Clotilde Courau qui avait fait ses premiers pas au cinéma avec Le Petit criminel de Jacques Doillon est devenue très rapidement, la nouvelle coqueluche du cinéma français. On l’a vue récemment dans La Môme d’Olivier Dahan. Elle a accédé au titre d’Altesse royale, en épousant Emmanuel-Philibert de Savoie le 25 septembre 2003 à la basilique Sainte-Marie-des-Anges-et-des-Martyrs à Rome. Elle donne naissance à Vittoria le 28 décembre 2003 à Genève et à Luisa le 16 août 2006, toujours à Genève.

L’humoriste Laurent Gerra.
C’est un gourmet qui coprésidera cette vente des vins, en la personne de Laurent Gerra, dont la dernière venue à Beaune, remontait au printemps, à l’occasion du festival du film policier de Beaune. Originaire de l’Ain, l’humoriste qui est présent sur RTL est l’un des humoristes préféré des Français.
Cette année, il y aura moins de pièces à vendre. Ce n’est pas une surprise, compte tenu des ravages de la grêle sur plusieurs appellations de la côte de Beaune. Il n’y aura donc que 443 pièces (tonneaux de 228 litres) du millésime 2013 seront mises aux enchères (110 en blanc et 333 en rouge). C’est encore moins que 2012 (512 pièces), qui était déjà une année de faible volume (la moyenne des ventes se situe autour de 680 pièces !).



source : Journal "Le Bien Public", édition Beaune le 16.10.2013

lundi 1 juillet 2013

- l’association des Papillons blancs a fait le point

Un hommage a été rendu à Georges Chevaillier, ancien président de l’association. Photo B. C.

Contraintes budgétaires, réglementation et vieillissement de sa population sont les principales préoccupations de l’association.

L’association des Papillons blancs a tenu son assemblée générale, mercredi dernier, à la salle des fêtes de Levernois.
Après le mots d’accueil traditionnel des différents acteurs et un hommage appuyé à Georges Chevaillier, ancien président dévoué et bien connu des Beaunois, le président Philippe Chaussade a ouvert la réunion.
Dans son rapport moral, il a évoqué non seulement les travaux de sécurisation de certains établissements, mais aussi les projets de transfert de l’IME du square de Cluny afin de mieux répondre aux exigences de l’accueil. Mais une des préoccupations importantes du moment demeure la question du vieillissement des personnes en situation de handicap accompagnées par les équipes de l’association. Sur ce point, Les Papillons Blancs ont entamé une réflexion et se veulent force de propositions pour l’avenir.
Le directeur général a rappelé que la situation économique actuelle n’épargne pas l’organisation
du secteur, que les contraintes budgétaires et le durcissement de la réglementation, sont autant de difficultés qui, bien que réelles, ne doivent pas faire obstacle à la mission qui est celle des Papillons Blancs ; à savoir, venir en soutien aux personnes en situation de handicap et à leurs familles.

REPERE
L’association, dont le siège est à Beaune, est composée de plusieurs établissement, comme l’institut médico éducatif accueillants des enfants ; Serenate, service recevant des enfants autistes ;  le service d’éducation spécialisée et soins à domicile, qui a suivi une trentaine d’enfants en 2012 ; le MAS d’Agencourt, qui compte 55 places ;  deux services résidentiels sur Savigny-lès-Beaune et Beaune, qui accueillent un peu plus d’une cinquantaine de personnes ; un foyer d’accueil médicalisé résidence du Parc, recevant 11 adultes ; un service d’accompagnement à la vie sociale, qui a en charge 72 personnes vivant à leur domicile sur toute la Côte-d’Or ; et l’établissement et service d’aide par le travail, qui aide à l’insertion de personnes en situation de handicap par le travail.

source : Journal "Le Bien Public" édition Beaune 1er juillet 2013

lundi 10 juin 2013

- Acodège : rencontre handisport sur le campus

Le sport est une force morale et un facteur d’intégration sociale pour les handicapés.   Photo Gérard Puech

Sous la houlette de Priscilla Chapiot, professeur de sport, le Foyer d’accueil médicalisé (FAM) de Vesvrotte de l’Acodège a organisé un événement sportif au stade Colette-Besson sur le campus de l’Université de Bourgogne. Les résidants du FAM se sont ­confrontés à deux autres structures de l’association Acodège (les instituts médico-éducatifs des Colibris et Charles-Poisot) ainsi qu’à un établissement de l’association Les Papillons blancs de Seurre.

Chaque structure avait engagé des ­équipes de sept résidants en ­situation de handicap, ­accompagnés de leurs éducateurs, dans huit ateliers sportifs adaptés : parcours moteurs et vélos, course sprint, lancé de poids, tir à l’arc et à la sarbacane, saut de haies et saut en longueur. Les résidants ont été dispatchés dans diverses équipes afin de favoriser les rencontres et les liens interétablissements.

La journée s’est terminée par une distribution de récompenses pour le plus grand bonheur des participants et un goûter.

source : Journal "Le Bien Public" édition Dijon, samedi 8 juin 2013

jeudi 6 juin 2013

- Nuits-Saint-Georges : une journée d’échanges et de rencontres


Plusieurs animations ont été proposées tout au long de cette journée. Photo Georges Duvernet

 Samedi dernier s’est déroulée à l’Esat de l’Agef, à Nuits-Saint-Georges, une manifestation soutenue par le Lions-Club Dijon Argo, rassemblant les établissements accueillant des personnes en situation de handicap, regroupés au sein du Gipco. Au total, ce sont près de deux cents personnes, usagers et personnel du Groupement interassociatif parental de la Côte-d’Or qui se sont retrouvées pour passer une journée ensemble. Elles provenaient des Papillons blancs de Beaune et de Seurre, de l’Agei de Bezouotte, de l’Ages d’Is-sur-Tille et d’Auxonne et de l’Agef de Nuits-Saint-Georges. Cette journée de rencontres et d’échanges entre les personnes reçues dans ces établissements et leurs accompagnateurs s’est déroulée sous un ciel clément qui a permis à tous de participer à différentes animations réparties dans divers stands, dont une fort appréciée, proposée par l’association Les Chouettes du cœur autour de la relation entre les hommes et les oiseaux.


source : journal "Le Bien Public", édition Beaune le 06.06.2013

-Carole (AVS) : « Nous voulons un statut »


Isabelle, Gilles Herbin, Françoise et Carole déplorent le manque de statut de certains postes. Photo Alexandre De Carvalho

Certains établissements – écoles, collèges ou lycées – accueillent du personnel qui accompagne les élèves handicapés. Gilles Herbin, responsable du syndicat des enseignants du premier degré (SNUDI-FO 21) et enseignant à l’école élémentaire de Saint-Julien, explique qu’il existe « des contrats uniques d’insertion qui concernent les employés de vie scolaire, ainsi que des EVS à mission auxiliaire de vie scolaire, c’est-à-dire qu’elles s’occupent d’un enfant handicapé. Il y a également les contrats publics, qui concernent les assistants d’éducation et les assistants de vie scolaire, qui travaillent dans des classes spécialisées accueillant des enfants handicapés ».

Ces contrats sont à durée déterminée. A la fin du contrat, qui n’est plus renouvelable au bout d’un certain nombre d’années en fonction des professions, ces personnes ne peuvent plus exercer. Françoise, AVS, se demande à chaque fin d’année « si mon contrat sera reconduit ». A la fin du contrat, une autre personne remplace le poste devenu vacant. « L’Education nationale va recruter des gens qu’il va falloir former, alors que nous avons l’expérience », déplore Isabelle, EVS. « Ce que l’on veut, c’est que notre statut soit reconnu car ce n’est pas confortable d’être en CDD en permanence », remarque Carole, AVS. Une pétition circule actuellement dans certaines écoles côte-d’oriennes. A l’heure actuelle, quelque 300 signatures ont été recueillies.

AVS : assistant de vie scolaire. EVS : employé de vie scolaire. AED : assistants d’éducation.

Source : Journal "Le Bien Public", 06.06.2013