vendredi 4 novembre 2011

- Exposition Personimages à la chapelle Saint-Étienne

Créée en 1997 par Jean-Jacques David, l'association Personimages accueille les personnes en situation de handicap mental et physique, adultes et jeunes dans l'objectif de leur donner accès à la culture et de valoriser leur épanouissement à la création artistique.

Actuellement, Personimages, ce sont quatre ateliers d'activités différentes : musique, animé par François Gillard, au conservatoire de Beaune (dix participants) ; cuisine, installé au centre social des Blanches-Fleurs, et encadré par Philippe Kopp (quinze participants) ; lecture et écriture, avec Aurélie Kopp et Marie-Claire Mignardot (douze personnes). Le quatrième atelier, hébergé par l'école des Beaux-Arts, peinture et dessin, sous les conseils des artistes Odile Vailly et Éric Despinasse, présentera les travaux effectués sur le thème de la famille, durant la saison 2010-2011, d'une quinzaine de personnes à la chapelle Saint-Étienne.

Dans l'esprit, et afin de mieux appréhender les artistes en situation de handicap, de mieux les identifier et, surtout, de mieux les intégrer dans la cité, les organisateurs ont souhaité individualiser des espaces pour y regrouper l'ensemble des œuvres de chaque artiste.

L'exposition, connaît chaque année un véritable succès auprès du public beaunois, qui ne manque jamais de mesurer tous les efforts et les améliorations qualitatives de ces artistes différents.

Info Exposition ouverte du 8 au 12 novembre de 13 h 30 à 19 heures. Entrée libre. Vernissage, lundi 7 novembre à partir de 17 h 30.


source : Journal "Le Bien Public", édition Beaune 04/11/2011

mercredi 19 octobre 2011

- Handi'chiens Recherche famille d’accueil pour seize mois.

Les représentants de l'association dijonnaise Handi'Chiens en compagnie du référent, Gérard Boramé. Photo Frédéric Vaussard

Former des chiens d’assistance et les remettre gratuitement à des personnes atteintes d’un handicap moteur afin de les aider dans leur vie est la mission de l’association.
Sur Dijon, quatre familles d'accueil, conseillées par un délégué de l’asociation Handi’chiens, se retrouvent tous les quinze jours pour apprendre les commandes qu'elles devront transmettre à trois goldens retrievers et un labrador, arrivés au mois de mai à l'âge de deux mois. La formation chez les familles d'accueil dure seize mois.
Le rôle de la famille d’accueil, dans le processus éducatif, repose sur un double objectif. Le premier consiste à socialiser le chien dans la plupart des situations de la vie courante et à le familiariser avec tous les lieux publics et privés (à la maison, en ville, en voyage, au restaurant, dans les transports en commun ou encore dans les magasins).
Le second objectif consiste à apprendre au chien la trentaine de commandes de base indispensables au dressage dans un cadre de vie quotidienne. Ainsi, il devra obéir à des ordres simples tels que “viens”, “assis, “couché”, “pas bouger”, “apporte”, “à ta place”.

Une aide indispensable

Les chiens sont capables de rendre de nombreux services : ramasser et rapporter un objet hors de portée d'une personne handicapée ; ouvrir et fermer une porte ou un tiroir ; accompagner son maître dans les magasins et l'aider à effectuer une transaction ; aboyer sur commande pour prévenir l'entourage en cas de problème ; allumer la lumière, etc.
L’apprentissage dispensé par l’association est ensuite complété par une formation spécifique comportant des ordres plus complexes, assurée pendant six mois dans l’un des quatre centres de l’association par les éducateurs d’Handi’chiens avant d'être remis à une personne handicapée. Handi'chiens Lyon, 649, avenue Bourgelat, 69280 Marcy-l'Étoile, tél. 04.78.87.63.93 ou au délégué pour la région : Gérard Boramé, 20, rue Jean-Mermoz, Chenôve, tél. 06.16.09.03.58.

Rappel

L’Association des paralysés de France à Longvic et la Maison d’accueil spécialisée (MAS) d’Agencourt leur prêtent gracieusement les locaux où ils se réunissent deux fois par mois. La délégation de Dijon dépend du centre Handi’chiens de Lyon.


source : Journal "Le Bien Public", édition Beaune, 19.10.2011

lundi 17 octobre 2011

- Formation Quatre travailleurs handicapés diplômés.

Les jeunes stagiaires ont fait preuve de motivation et d'assiduité pour obtenir une belle reconnaissance professionnelle. Photo Bruno Cortot

Le CFPPA viti de Beaune a remis des diplômes Capa vigne et vin (certificat d'aptitudes professionnelles agricoles) à quatre stagiaires, travailleurs handicapés, ayant préparé cette formation en trois ans au lieu de deux.
Deux de ces stagiaires sont employés à l'EAV (Entreprise adaptée viticole) et les deux autres par Or Vers (entreprise prestataire de services en viticulture) entourés de leurs responsables, Chrystèle Carpentier (EAV) et Jérôme Viard (Or Vers).
Depuis 2008, dans le cadre d'une convention, signée entre le CFPPA et l'EAV visant à favoriser l'insertion des travailleurs handicapés dans le milieu vitivinicole, ces salariés non qualifiés ont suivi un parcours individualisé à raison de deux demi-journées environ par semaine afin d'obtenir leur diplôme. Ces stagiaires exemplaires ont fait preuve d'assiduité, de motivation et de régularité. Ils se trouvent très justement récompensés par leur nouvelle qualification.
Au-delà de la reconnaissance professionnelle, ce diplôme leur assure également une reconnaissance sociale et personnelle. Les établissements à l'origine de ces stages espèrent que d'autres travailleurs handicapés se sentent motivés et attirés par cette formation diplômante.


source : Journal Le Bien Public, édition Beaune le 17.10.2011

jeudi 29 septembre 2011

- Papillons Blancs De nouveaux locaux de différents services inaugurés.

En présence de nombreux élus, de responsables d'associations liées au handicap, à l'insertion sociale et à la protection de l'enfance, Philippe Chaussade, président de l'association Les Papillons blancs ; Jacques Berthet, directeur général ; Annie Devevey et Denis Graindorge, directeurs, ont inauguré les nouveaux locaux de leurs différents services.
Ainsi, le Sessad (Service d'éducation spécialisée et de soins à domicile) est désormais installé au 1 B, rue Marie-Noël. Désormais, l'IMpro se trouve au 13, impasse du Clos-Maire et le SAVS (Service d'accompagnement à la vie sociale) au 75 b, rue des Blanches-Fleurs.
Lors des visites, chacun a pu se rendre compte à la fois de la qualité du travail rendu et des nouvelles conditions de travail dans lesquelles chacun œuvre pour le soutien, le bien-être et l'insertion sociale des personnes aidées.
À l'issue du circuit des différents établissements, les responsables ont invité les visiteurs à poursuivre les discussions autour du verre de l'amitié.


source : journal "Le Bien Public", édition Beaune, jeudi 29/09/2011

dimanche 25 septembre 2011

- Villars Fontaine. Le festival se termine demain par une grande fête.

Pierre Lignier, maire, Jacques Berthet, directeur général, et Philippe Chaussade, président des
Papillons blancs. Photo Olivier Dupont

Les organisateurs ont a souhaité donner un caractère social au final de Vill’Art. Le bénéfice des ventes de demain ira à l’association Les Papillons blancs.
Amateurs d'art, touristes ou randonneurs : le village aura accueilli, tout au long de l'été, un nombre conséquent de visiteurs venus arpenter ses ruelles pour admirer l'exposition “De nous à vous”, assister aux concerts œnologiques ou participer aux diverses animations célébrant l'art, la gastronomie et le vin.

Ouvert sur l’art et sur le monde

Pour clore en beauté cette première édition, organisateurs, artistes et habitants ont programmé, demain, une grande journée festive en partenariat avec l'association Les Papillons blancs de Beaune et sa région.
« Le festival se voulait ouvert sur l'art mais aussi sur le monde. C'est pourquoi nous voulions donner un caractère social à ce final. J'ai bien connu Gabriel Liogier D'Ardhuy, l'un des fondateurs des Papillons blancs, et j'ai donc contacté l'actuel directeur pour lui proposer de partager cette journée avec nous... », explique Pierre Lignier, maire et responsable de Vill'Art. Le bénéfice des ventes de produits régionaux et d'œuvres originales d'artistes sera intégralement reversé à l'association beaunoise qui a fêté son 50 e anniversaire en 2008. Son directeur général, Jacques Berthet, s'est montré « très honoré » par cette proposition, précisant que les « éventuels profits serviront à améliorer directement le mieux-vivre » des cinq cents personnes en situation de handicap accueillies dans les quinze établissements (enfants, adolescents et adultes) de la région beaunoise.

Rencontres

Dans l'esprit du festival, la journée s'articulera autour de rencontres entre les créatifs du monde des arts (peintre, photographe, plasticien, musicien) et ceux du monde du vin, agrémentés par des ventes d'œuvres d'artistes ou de produits régionaux. Sans oublier la participation des habitants qui, par le dynamisme de leur implication, auront vaillamment contribué à la valorisation de leur village et à la réussite de cet événement culturel original.
Tél. 06.77.63.54.40 ou festivalvillart@gmail.fr/ ou www.villarsfontaine.com/.




Le Cube est un jeu de couleurs aux 36 portraits, intallé place de la Mairie à Villars-Fontaine.
Photo SDR

Ce petit village de 150 âmes a vécu tout l’été au rythme des animations, expositions et concerts œnologiques organisés dans le cadre du Festival Vill’Art.
Un photographe (Jean-Paul Gauthronnet), un peintre (Patrick Bidault) et une plasticienne (Véronika Denizot) ont préparé avec les habitants la spectaculaire exposition De Nous à Vous, qui, par ses portraits géants apposés sur les vieilles pierres des façades met en scène le quotidien des Fontanivillois.
Cette juxtaposition savante de formes, de volumes et de couleurs dégage une étonnante impression d’homogénéité symbolisée par la présence du Cube, jeu de couleurs aux 36 portraits installé Place de la mairie.
Original dans la forme puisqu’elle permettait la rencontre entre créatifs du monde des arts, du vin et de la gastronomie, cette première édition du Festival aura su mettre en valeur le territoire grâce à l’implication des artistes et des habitants.
Dans un souci d’ouverture, les organisateurs, représentés par Pierre Lignier, Maire du village et initiateur du projet et soutenus, entre autres, par la Drac Bourgogne et le conseil général, ont souhaité inviter l’association des Papillons Blancs de Beaune et sa région pour la grande journée festive de clôture prévue ce dimanche. Les bénéfices de la grande Tombola et de la vente exceptionnelle de produits régionaux et d’œuvres originales aideront à améliorer le mieux-vivre des 500 personnes en situation de handicap accueillies dans les 15 établissements de l’association.
Avant de penser déjà à la seconde édition de Vill’art, on célébrera donc une dernière fois dimanche l’harmonieux mariage des Arts, du Vin et de la Gastronomie.
A partir de 10 heures, Place de la Mairie. Dégustations de vin nouveau, buffet de spécialités régionales, vente de produits régionaux et d’œuvres originales d’artistes, tombola, animation musicale avec The Buckaroos. Accès depuis Dijon ou Beaune : à Nuits-St-georges, emprunter la D en direction de l’Etang-Vergy.

Villars-Fontaine Vill'Art : dernières notes au château


Le quatuor Daniel Lamia dans la cour du château. Photo SDR

Le quatuor Daniel Lamia a conclu de fort belle manière la série des huit concerts œnologiques qui ont animé l'été du festival Vill'Art par l'interprétation des principaux thèmes du jazz du début du XX e siècle (Dixieland et Nouvelle Orléans).
La prestation de haut niveau de la formation a été saluée par un public enthousiaste qui a également remercié d'un double ban bourguignon la qualité d'accueil du couple Anne-Marie et Bernard Hudelot. Donné dans le superbe parc de leur château, le concert était en effet accompagné de sublimes moments de dégustations de quelques fameux crus du domaine.
En fin de soirée, Pierre Lignier, initiateur du festival et maire du village, a donné rendez-vous au dimanche 25 septembre pour la grande journée festive de clôture organisée en partenariat avec Les Papillons blancs de Beaune.


source : "Journal le Bien Public", édition Beaune, 25 septembre 2011

samedi 17 septembre 2011

- Savigny-lès-Beaune Animations exceptionnelles au château

Le Musée des tracteurs vignerons est l'une des nombreuses collections du château de Savigny. Photo Jean-Claude Murit

Des Animations exceptionnelles se dérouleront dans le parc du château. Jean-Claude Murit
Aujourd'hui et demain, le musée du Château de Savigny-lès-Beaune offrira un tarif réduit et 1 € par entrée sera reversé à l’association des Papillons blancs. Les visiteurs auront la possibilité de s’asseoir au poste de pilotage d'un chasseur Jaguar Dassault de 1973 et d'un Mirage S de 1976. Une voiture de course Abarth 3 l de 1970, championne de “la Montagne” sera en démonstration avec son bruit de moteur caractéristique ; une présentation de la moto AJS 7 R, 1952, qui a été pilotée par le champion Georges Monneret ; un tracteur vigneron prototype de 1949 construit par Louis Pont ; une pompe à bras de pompiers de 1906 ; une bétaillère de la Bresse de 1920.
Ouverture de 9 heures à 18 h 30. Entrées : aujourd’hui et demain, adultes 7 € au lieu de 9 € ; 4 € de 10 à 16 ans ; gratuit pour les enfants.

À la mairie : aujourd’hui et demain, de 10 à 12 heures et de 14 à 18 heures, la municipalité présentera une sélection de documents de ses archives ainsi qu’une projection de photos et cartes postales de collection.

À l'église : l’église Saint-Cassien sera ouverte à la visite. La partie la plus ancienne de l’édifice remonte au XII e siècle avec de belles fresques du XV e siècle.


source : journal "Le Bien Public", édition Beaune, le 17.09.2011

samedi 10 septembre 2011

- Pour les employés de l’Entreprise adaptée, la période des vendanges est spéciale. Le travail en toute égalité .


Loin de chômer, les employés de l'entreprise adaptée vendangent pendant plus de vingt jours. Après ce seront les vacances ! Photo M. P.

Comme les autres équipes, les employés de l’entreprise adaptée de Beaune sont en pleines vendanges. Dans la bonne humeur, ils coupent, portent et transportent le raisin. Mais leur responsable veille au grain.
Rassemblées dans les hauteurs de Savigny-lès-Beaune, plusieurs petites mains sont occupés à cueillir le raisin. Ces coupeurs et porteurs sont des employés de l’Entreprise adaptée viticole de Beaune. Au total, ils sont une cinquantaine, répartis entre les différentes parcelles et la cuverie. « Les hommes et les femmes qui travaillent pour nous sont reconnus comme travailleurs handicapés. Pour la plupart, ce sont surtout des problèmes sociaux », explique Christelle Carpentier, responsable qualité et chef de viticulture.
Car cette entreprise est spécialisée dans la vigne et le vin et, en dehors de la secrétaire et des responsables, tous sont soit conducteurs de travaux soit ouvriers viticoles.
Pendant toute l’année, ils travaillent pour différents clients, étant pour la plupart des domaines viticoles. Cette semaine, ils étaient en pleine vendange pour différents domaines de la côte.

Transmettre la passion

Et Christelle insiste sur le fait que tous les employés sont « formés et autonomes dans leur travail. Ce sont des personnes qui s’impliquent, sur qui on peut compter. Ils sont là même en plein hiver et quand ils reviennent les joues tuméfiées par le vent glacial, je suis admirative ».
Et cela, ils le doivent à l’implication de leurs encadrants, de Christelle, toujours là pour les soutenir et les cadrer lorsqu’il le faut. Tous s’accordent à dire qu’ils n’ont rien à lui reprocher, même pas ses ordres clairs, concis et directs. « C’est un chef adorable, il n’y a rien à redire, elle nous a appris plein de choses », lance Laeticia entre deux coups de sécateurs. « J’ai essayé de leur transmettre la passion de la vigne et j’espère y être arrivée », enchérit Christelle. Car, pour elle, s’occuper de personnes handicapées comme celles qu’elle a en charge à l’entreprise adaptée ce n’est pas plus difficile que dans une autre entreprise. « Je les traite comme des êtres humains et je déteste ceux qui veulent les traiter comme des sous-hommes ». Le but du personnel encadrant : faire en sorte que les employés s’y plaisent et que le travail soit bien fait. Et les deux conditions semblent être remplies. C’est sans hésiter que Loïc, membre de l’équipe répond un grand « oui », le sourire aux lèvres lorsqu’on lui demande s’il se plaît dans son entreprise. Et c’est tout simplement que lui et les autres le rendent bien. « Je pense leur avoir transmis pas mal de choses mais je pense aussi qu’ils m’ont apporté autant », confie Christelle, une forte émotion présente dans la voix et les yeux. Elle regarde son équipe travailler et la fierté envahit cette femme qui ne se destinait pas du tout à devenir éducatrice technique spécialisée. « J’ai commencé par une formation en menuiserie, contre mon gré car je voulais faire de la mécanique auto. Et puis j’ai commencé à travailler dans les vignes et j’en suis tombée amoureuse ». Et c’est tout simplement en répondant à une annonce qu’elle a investi l’entreprise adaptée. Aujourd’hui, cela fait 10 ans et c’est parfois presque comme si elle les considérait comme des membres de sa famille.

Régulièrement en formation

Le rôle de l’Entreprise adaptée de Beaune est également d’offrir à ses employés des formations qui leur sont accessibles. Pour la plupart, il s’agit de CAP ou de BEP dispensés au CFPPA. « Je les accompagne à leurs cours, je prends des notes et en rentrant le soir je leur explique ce qu’ils n’ont pas compris et je les fais réviser longtemps. C’est extraordinaire la joie qui se lit dans leurs yeux lorsque je leur apprends qu’ils ont eu leur diplôme », confie Christelle Carpentier. Prochaine étape : leur trouver une formation au permis de conduire.


source : Journal "Le Bien Public" édition Beaune, samedi 10 septembre 2011

vendredi 8 juillet 2011

- Le service résidentiel de l'association des Papillons blancs a fêté ses 40 ans. Belle fête pour grande cause


Glace pour tout le monde. Le spectacle de la compagnie Cirko Senso. Photos Jean-Claude Murit

L’association des Papillons blancs a sorti le grand jeu pour fêter son quarantième anniversaire. Pour l’occasion, le jardin et les bâtiments étaient décorés.
En présence du député-maire Alain Suguenot, du conseiller général, Denis Thomas, du conseiller régional Pierre Bolze, et des représentants de la municipalité, plus de 250 invités se sont réunis sur le site de Savigny pour fêter le 40 e anniversaire du service résidentiel des Papillons blancs de Beaune.

Anny Devevey, directrice du service résidentiel, puis Philippe Chaussade, président de l'association des Papillons blancs, se sont relayés au micro pour accueillir leurs invités.
Ils ont retracé l'histoire du site de Savigny et son extension à Beaune (voir notre édition du 30 juin dernier). Philippe Chaussade a rendu hommage aux fondateurs, rappelant les origines de l'association.
Les pensionnaires et personnels ont fait preuve de créativité et d'imagination dans la décoration des jardins et des bâtiments, avec des centaines de fleurs et de papillons réalisés dans des matériaux souvent inattendus.

Expositions et animations

Les invités ont pu visiter les différentes installations avec plusieurs expositions de photos et de coupures de presse. Beaucoup d'anciens responsables de l'association étaient présents, dont Pierre Cappicot – qui a été le premier directeur en 1971 du foyer d'hébergement et du CAT. Il a eu l'occasion de retrouver plusieurs de ses premiers pensionnaires.
Avant de se réunir autour d'un cocktail, les invités ont pu apprécier des représentations des ateliers de danse et de musique avec la participation de l'association Personimages et un spectacle de la compagnie Cirko Senso.


source : Journal "Le bien Public", édition Beaune le 8.07.2011

lundi 4 juillet 2011

- Rencontre avec Philippe Chaussade, président de l’association Les Papillons blancs. De nouveaux défis à l’horizon.


Jacques Berhet, directeur général de l’association Les Papillons blancs en compagnie de Philippe Chaussade président de l’association. Photo Bruno Allexant.

Fondée en 1958, l’association Les Papillons blancs de Beaune est une association d’action sociale et médico-sociale, et un acteur des politiques sociales et du handicap du département.
L’assemblée générale de l’association Les Papillons blancs s’est tenue en la salle des fêtes de Levernois. L’occasion de faire le point avec le président, Philippe Chaussade.

Quelles ont été les actions menées au cours de l’année écoulée ?

« Nous avons œuvré sur le dossier de démarche qualité qui, finalisé, entre dans sa phase pratique. Au niveau de l’Esat, nous avons obtenu les financements nécessaires pour réaliser des travaux de mise aux normes de la cuisine pour un montant de 600 000 €. D’importants travaux de toiture et de neutralisation de la nocivité de l’ancienne toiture en fibrociment ont été réalisés. En dehors de cette campagne de travaux, l’Esat a créé une nouvelle activité de recyclage de sarments en bûchettes pour poêles qui permettront de se positionner sur un nouveau secteur d’activité. »

Quels sont vos projets à plus ou moins long terme ?

« Nous allons lancer, à la Maison d’accueil spécialisée (MAS), un projet d’individualisation des chambres qui ne le sont pas encore. Ce projet d’une enveloppe de 2,5M€ sera réalisé sur trois ans. En ce qui concerne le secteur enfance, l’Impro (Institut médico professionnel) a déménagé faubourg Saint-Nicolas et le Sessad (service d’éducation spéciale et soins à domicile) rue Marie-Noël. La réorganisation de ce secteur sera achevée lorsque nous aurons fait aboutir le dossier de transfert de l’Institut médico-éducatif (IME) et de l’internat situé rue Henry-Dunant. En pourparler avec la Ville et le propriétaire du site industriel voisin, ce dossier devrait aboutir vers 2013-2014 pour un montant qui avoisinera les 2,2 M€. »

Quelles sont vos satisfactions actuelles et vos inquiétudes pour l’avenir ?

« Les satisfactions viennent principalement du dynamisme des adhérents de l’association majoritairement composé de parents de personnes en situation de handicap ainsi que le personnel qui œuvre chaque jour sur le terrain pour améliorer l’accompagnement des personnes qui nous sont confiées. Par ailleurs, très récemment, six associations parentales du département se sont rapprochées au sein du Gipco (Groupement interassociatif parental de Cote-d’Or) afin d’apporter des solutions aux problèmes communs. Quant aux inquiétudes, elles viennent du fait que de nouveaux défis seront à relever dans les années à venir dans un contexte peu favorable, tant par les contraintes budgétaires que par la mouvance de l’environnement du secteur et la modification de la répartition des rôles. »


source : Journal "Le Bien Public" édition Beaune, lundi 4 juillet 2011

jeudi 30 juin 2011

-Demain, le service résidentiel des Papillons blancs va fêter ses 40 ans



Demain, l'association des Papillons blancs fêtera officiellement le 40 e anniversaire de l'ouverture de son service résidentiel à Savigny-lès-Beaune.
Près de 250 invités sont attendus, dont les familles des personnes accueillies et les officiels (Alain Suguenot, député-maire de Beaune et Sylvain Jacob, maire de Savigny-lès-Beaune…), demain pour un moment festif.

En septembre 1971, les Papillons blancs de Beaune ont ouvert à Savigny le premier foyer offrant un hébergement de vingt places pour adultes ; pour dix femmes et dix hommes. La création de cette structure s'est imposée dans la logique des buts poursuivis par l'association créée à Beaune en 1958 : offrir des structures éducatives et de soins destinées à des enfants en situation de handicap.

Penser aux personnes en âge adulte

Dès 1965, l'association doit penser à ceux qui vont arriver à l'âge adulte et qui devront être mis au travail. Il faut prévoir un Centre d'aide par le travail (CAT) et un foyer pour adultes. En 1966, la décision est prise de créer ces structures à Savigny-lès-Beaune sur une propriété dite “Maison Vilain” comprenant un pavillon de 1943 en parfait état.
L'assemblée générale de 1966 prévoit la création d'un CAT de 25 places et un foyer de 20 places pour les adultes de l'arrondissement de Beaune. Le projet comprend le pavillon existant et trois bâtiments à construire.

Extension du service résidentiel

Le 14 septembre 1971, la réception provisoire des travaux permet l'ouverture du foyer sous la direction de M. Gimbert, secondé par M. Noé. Après diverses évolutions et les travaux de réhabilitation de 2005 à Savigny, le service résidentiel des Papillons blancs accueille à ce jour, au total, cinquante-cinq personnes, vingt-quatre personnes (vingt-cinq en accueil de jour) à Savigny (douze en studios et douze en petits collectifs). Les résidences des Chilènes à Beaune hébergent quinze personnes en studios et seize personnes dans les villas, avenue de l'Aigue et impasse de Cluny. Le CAT est devenu un Esat (Établissement et service d'aide par le travail), il a été installé dans la zone industrielle de Beaune-Savigny et reçoit cent ouvriers en situation de handicap. Le service résidentiel est ouvert tous les jours de l'année.

Offrir un service personnalisé

Le service résidentiel s'est fixé de grandes lignes directrices : accompagner les personnes en fonction des projets individualisés, l'inclusion dans la société en rendant possible l'accès au droit commun, loger les personnes en respectant leurs besoins et leurs choix, assurer un service restauration, lingerie et ménage, protéger les personnes, aider au suivi médical, maintien des liens sociaux et familiaux, l'accès à la culture et aux loisirs, respecter la vie privée, permettre la réorientation vers d'autres services en fonction de l'évolution des besoins des personnes.


source : Journal "Le Bien Public", édition Beaune jeudi 30 juin 2011

mardi 3 mai 2011

- Opération Brioches des Papillons Blancs


L'Opération brioches a été lancée en présence d'Évelyne Guyon, sous-préfète de Beaune. Photo Jean-Claude Murit

À partir d’aujourd’hui et jusqu'au 10 mai, l'association Les Papillons blancs organise son Opération brioches.

L'édition 2011 de la traditionnelle Opération brioches a été lancée, vendredi, au foyer La Ruche de Savigny-lès-Beaune, en présence d’Évelyne Guyon, sous-préfète. Les bénéfices de cette opération sont destinés à l'amélioration du quotidien et des équipements collectifs des personnes accueillies dans les quelque quatorze établissements que compte à ce jour l'association.

Une brioche contre un don

Ce lancement a permis de présenter à Évelyne Guyon, la terrasse couverte du Saj (service d'accueil de jour) de Savigny, qui a été réalisée grâce aux bénéfices de l'Opération brioches 2009 ; en 2010, ils avaient été consacrés à un espace détente des travailleurs de l'Esat de Beaune. Les bénéfices 2011 permettront d’effectuer des travaux d'aménagement de la cuisine de ce même établissement. Environ 10 000 brioches fraîches seront offertes en porte-à-porte par 350 bénévoles dans les cantons de Beaune, Nuits-Saint-Georges, Pouilly-en-Auxois, Bligny-sur-Ouche et Seurre en échange d’un don suivant les moyens de chacun.
Info Tous les bénévoles sont équipés d'un badge officialisé par un tampon de la mairie concernée et le logo de l'association.

Source : Journal "Le Bien Public" édition Beaune mardi 3 mai 2011

mardi 26 avril 2011

- Un grand moment musical avec le Stabat Mater.

La soprano Lydie Pace et le contre-ténor alto Manuel Bras da Costa ont chanté, en solo et en duo, le Stabat Mater de Pergolese.

Un public nombreux s'était rassemblé dans l'église de Saint-Romain pour écouter le Stabat Mater de Pergolese, chanté par la soprano Lydie Pace et le contre-ténor alto Manuel Bras da Costa, une partition parfaitement en accord avec cette période pré-pascale.

Après une introduction toute en finesse grâce aux choristes de Belenae Voces, dirigés par Emmanuel Aubry, dans un court programme signé Bruckner et Victoria, les douze séquences de la célébrissime partition de Pergolese, portées successivement en solo et en duo par les deux chanteurs, se sont échelonnées pour exprimer cette image de la douleur humaine constituée par le Stabat Mater.

De multiples nuances

À cette expression très baroque, toute en volutes et en contrastes, la soprano et le contre-ténor ont apporté des couleurs différentes et de multiples nuances : tour à tour sombres, émouvantes et pathétiques, marquées d'une dramatique s'apparentant à l'opéra italien, puis plus légères, voire brillantes, pour s'achever sur un Amen énergique et presque triomphant.

Accompagnées au violoncelle par Jean-Baptiste Susse et au piano (l'intervention d'un clavier moderne peut sembler un peu inattendue dans cette œuvre) par Frédéric Prébolin, les voix des deux chanteurs ont su trouver une belle harmonie, notamment dans le dernier duo Quando corpus morietur, pour restituer cette partition exceptionnelle.

Info La somme de 214 €, prélevée sur le prix des entrées payantes, sera remise à l'association des Papillons blancs de Beaune.


Source : Journal "Le Bien Public", édition Beaune, mardi 26 avril 2011